Nos concerts

à venir


Dans le cadre du festival interreligieux de musique sacrée
 J.S Bach "Christ lag in todes banden"
Johann Bach "Unser Leben ist ein Schatten"

 


Dans le cadre du festival interreligieux de musique sacrée
J.S Bach "Christ lag in todes banden"
Johann Bach "Unser Leben ist ein Schatten"
 

 


J.S Bach BWV4 "Christ lag in todes banden"
Entrée libre

 

 

 

 Passés


Concert 2017

 


Dimanche 12 novembre  2017 -17 h 
 Temple  d'Anduze

JS Bach, sous le signe de Luther
Motets & Cantates

 


Motets & Cantates
bwv 18, 80, 106

 

 

 

 Passés

 

 


 


 

 

 


Concerts 2016


 



Dimanche  22 mai  2016 -18 h 
 Temple du Vigan rue du Palais 


   "Cantates pour la Trinité" BWV 150 &194,





 "Cantates pour la Trinité" BWV 150 & 194,


 


 



Dimanche  17 janvier  2016 -17 h 
 Temple de Marsillargues 


   "Cantate de Noël BWV 40" et Cantate 4 Oratorio de Noël,


 






 "Cantate de Noël BWV 40" et Cantate 4 Oratorio de Noël,


 


Concerts 2015


 



Dimanche  27 septembre  2015 -18 h 
 Maison des Choeurs à Montpellier 


   "Une heure, une oeuvre ",


Motet:  "Komm, Jesu, Komm ...."

 



Samedi 2 mai  2015 -20h30 
 Maison des Choeurs à Montpellier 


   Concert de Pâques,


BWV 158 & 4 :  "Christ lag in Todesbanden"




Dimanche 3 mai  2015 -18h00 
 Temple du Vigan Rue du Palais 


   Concert de Pâques,


BWV 160 & 4:  "Christ lag in Todesbanden"

Concerts 2014



Samedi 20 décembre  2014 -20h00 
 à la tour d'Aigues à 20H 


   Concert de Noël,


autour de l'Oratorio de Noël de J.S. Bach BWV 248 (5° cantate)





Samedi 13 décembre  2014 
 à Montpellier - la chapelle des Choeurs 20h30 -



   Concert de Noël,


autour de l'Oratorio de Noël de J.S. Bach BWV 248 (5° cantate)





Dimanche  14 septembre  2014 - 18h00
Tallard Hautes Alpes


Grands motets : J. S. Bach - J. C. F. Bach – J. Kuhnau


 Johann Christoph Friedrich Bach : « Wachet auf, ruft une die Stimme »
 Johann KUHNAU  : « Tristis est anima mea »
 Johann Sebastian BACH : « Jesu, meine Freude »
Pièces pour Orgue de J.S.Bach





Dimanche  15 juin 2014 - 18h00
Sainte Eulalie, rue de la merci Montpellier 


   "J.S Bach :


une heure, une oeuvre"

Cantate 131 "Aus der Tiefen rufe ich, Herr, zu dir"


Présentation du texte et de la musique, interprétation de l'oeuvre 






 Dimanche 6 avril 2014-17h00
Temple de Lourmarin(Vaucluse) Festival Durance Lubéron



Grands motets : J. S. Bach - J. C. F. Bach – J. Kuhnau


 Johann Christoph Friedrich Bach : « Wachet auf, ruft une die Stimme »
 Johann KUHNAU  : « Tristis est anima mea »
 Johann Sebastian BACH : « Jesu, meine Freude »
Pièces pour Orgue de J.S.Bach





Dimanche 23 mars 2014 - 18h00
Temple de la rue Maguelone Montpellier



   "J.S Bach :


une heure, une oeuvre"

Motet  "Jesu, meine Freude"


Présentation du texte et de la musique, interprétation de l'oeuvre






16 février 2014
Temple de la rue Maguelonne à Montpellier


Motet "Der gerechte kommt um"
Cantate BWV 47



Concert 2013















Concert 2012








Programme du concert
Jean-Sebastien Bach, 
Cantate 21 " Ich hatte viel Bekümmernis " 
Cantate 196 "Der Herr denket an uns"
G.F. Haendel, Chandos Anthem n° 11 " Let God arise " 
D. Buxtehude, BuxWv 4 "Alles was ihr tut"





Concert 2011







Programme du concert
Missa in A major BWV 234 de J.S. Bach
Cantate "Nach dir, Herr, verlanget mich" BWV 150 de J.S. Bach
Cantate Trauer-Kantate "Du aber, Daniel, gehe hin" de G. P. Telemann

Concert du 16 Novembre 2013

 

Pour son premier programme de la saison, l'ensemble B.a. Bach de Montpellier a choisi un grand motet et une cantate de Johann Sebastian Bach, « Jesu meine Freude » BWV 227 et « Aus der Tiefe rufe ich, Herr, zu Dir » BWV131.

Le motet est sans doute le plus célèbre du compositeur et le plus long. Créé probablement le 18 juillet 1723 lors d'un office à la mémoire de Johanna Maria Kees, fille du recteur de Saint Nicolas de Leipzig et veuve d'un notable de la ville, il combine le texte du choral « Jesu, meine Freude » (« Jésus, ma joie ») de Johann Franck (1653), mis en musique en 1673 par Johann Crüger, et le début du huitième chapitre de l'épitre aux Romains de Saint Paul. Ecrit pour cinq voix « a cappella », il alterne dans une puissante architecture les versets du choral et les pièces utilisant le texte de St Paul. Une construction en symétrie, répartie sur onze mouvements, culmine avec une fugue complexe sur le texte « Vous, vous n'êtes pas charnels, mais spirituels puisque l'esprit de Dieu habite en vous ». De part et d'autre, symétriquement, on trouve deux chorals harmonisés simplement au début et à la fin, deux trios, deux chorals ornementés, deux « motets » en polyphonie à l'ancienne et deux en style propre. Ces pièces utilisent toutes de manière explicite ou plus voilée la mélodie du choral comme génératrice de la thématique. Seule la fugue échappe à cette prescription. L'alternance des deux sources textuelles met en regard la confiance inébranlable du chrétien en Jésus, malgré les vicissitudes de la vie, développée dans le choral, et l'enseignement de Saint Paul relatif au salut.

La cantate BWV 131 est l'une des premières cantates de J. S. Bach qui nous soit parvenues, peut-être la plus ancienne (1707 ? 1708 ?). Intitulée à l'occasion d'une reprise en 1715 « Motett Aus der Tiefe... », elle relève dans sa structure du « concert spirituel » plus que de la cantate d'inspiration italienne (récits et airs ou choeurs alternés), structure que Bach adoptera à Leipzig. Le texte utilise intégralement le psaume 130 (129 « De profundis ») dans la traduction de Luther, commenté à deux reprises lors de l'intervention de la basse puis du ténor par deux strophes du choral de Ringwalt (1588) : « Console-moi sous un tel fardeau... » et « Et parce que je suis aussi un pécheur troublé... ». Ce psaume d'appel au secours est d'une utilisation traditionnelle pour des cérémonies de pénitence. Il s'agissait peut-être, pour le jeune (22 ans!) maître de chapelle fraichement intronisé à Mülhausen, de répondre à la commande du pasteur Eilmar pour la commémoration de l'incendie du 30mai 1707 qui détruisit une partie de la vie de Mülhausen, dont le quartier de son église.

Le choeur a, dans cette œuvre de jeunesse, une place principale, non seulement en chantant le « cantus firmus » du « choral », mais surtout par ses trois interventions qui encadrent celles des solistes. Le choeur initial passe de l'imploration douloureuse (Des profondeurs je crie vers toi...) à l'interpellation vigoureuse (Seigneur, entends ma voix...). Le choeur médian exprime brièvement son espérance (J'espère dans le Seigneur) puis combine la plainte gémissante (Mon âme espère) et l'espoir bondissant (Et j'espère en sa parole). Dans sa dernière intervention, le choeur exhorte Israël à l'espoir (Car près du Seigneur est la grâce...), avant que la fugue finale (forme musicale qui énonce la règle) combine l'évocation joyeuse de la rédemption et celle, plus tourmentée mais en direction ascendante, des péchés rachetés (Et il rachètera Israël de tous ses péchés). La cantate se termine par une curieuse cadence harmonique laissant la porte ouverte.

Entre les deux œuvres, le motet « Tristis est anima mea » (Mon âme est triste jusqu'à la mort) de Johann KUHNAU (1660/1722), prédécesseur de Bach à Leipzig. Vénérant l'oeuvre de son aîné, Bach l'a transcrite et adaptée avec orchestre (« Der Gerechte kommt um ») ; l'ensemble B. a. Bach donnera cette version dans son concert du 2 février 2014.

JFH

 


 

 

S'inscrire à la Newsletter:





*






 

Nous trouver... sur le Net

ensemblebabach@gmail.com