Passion selon St Jean de J.S Bach

samedi 25 mars 2017

Lorsque Johann Sebastian BACH (1685/1750) prend ses fonctions de Cantor de St Thomas à Leipzig, en mai 1723, il a déjà une expérience de « musique pour la Passion », peut-être dès 1708, certainement en 1713, année au cours de laquelle il recopie la Passion selon Saint Marc de Reinhard Keiser, probablement en vue d'une exécution à Weimar où il était en fonction à la cour ducale. C'est peut-être en 1717 qu'il s'essaie lui-même à la composition d'une Passion dont il nous reste cinq numéros : deux choeurs sur des chorals, et trois airs de solistes. Ces pièces ont été incluses dans la deuxième version (1725) de sa Passion selon St Jean. La première version de 1724 ne les comprenait pas, et Bach ne les a pas conservés pour les exécutions ultérieures.

 

Leipzig avait une tradition de Passions, exécutées alternativement à St Thomas et St Nicolas. Bach, suivant l'exemple de ses prédécesseurs Vogler et Kuhnau, mit en musique les évangiles de Marc (la musique ne nous est pas parvenue) et Matthieu. St Jean a été reprise plusieurs fois, notamment en 1732 et 1749. Le compositeur avait commencé en 1739 une révision de sa partition, qui n'a pas été utilisée pour la dernière exécution. On a l'habitude néanmoins d'en tenir compte dans les exécutions actuelles, où l'on mélange les diverses sources. La deuxième version, de 1725, présente donc quelques différences notables avec la version habituellement utilisée : un choeur d'entrée et un choral final différents, et trois airs de solistes qui s'ajoutent ou se substituent aux airs habituels.

 

Le récit évangélique, confié au ténor, est « mis en drame » avec l'intervention des personnages évoqués par St Jean, principalement Jésus et Pilate. Autre protagoniste majeur, la foule, qui s’exprime en choeurs vigoureux, contribuant fortement à l'impact de l'oeuvre. Mais le choeur a également un rôle de commentateur : il exprime dans les chorals les sentiments successifs du chrétien au fil de l'histoire. Les quatre solistes, dans leurs airs, donnent le temps de la réflexion et de la contemplation, renforcent l'implication du choeur dans ses chorals traditionnels. L'orchestre demeure classique et mesuré, dans lequel flûtes et hautbois s'ajoutent aux cordes habituelles. Le continuo fait appel à l'orgue et au clavecin ainsi qu'à un théorbe qui apportent leurs harmonies aux lignes de basse dévolues au violoncelle, au basson et à la contrebasse.

Direction : Jean François Héron
Études à Nantes, Paris VIII, Genève. Il a mené une carrière dans l'enseignement de la musique et la gestion d'activités culturelles. A la tête de divers ensembles musicaux, il s'est attaché à faire entendre la musique médiévale aussi bien que la musique récente du XX° siècle, du plain chant à Luciano Berio, en passant par Marc Antoine Charpentier, Liszt, Berlioz, Verdi ou Dvorak, avec une prédilection particulière pour le XVIII° siècle : J. S. Bach, Vivaldi, Mozart...

A l'heure actuelle, il s'intéresse particulièrement à l'aspect scénique et narratif du spectacle musical, comme librettiste ("Le Directeur de Théâtre, l'opéra de 4 jours", d'après Mozart et Salieri, représenté de 2006 à 2011, "Cendrillon(s)", décembre 2009) ou comme lecteur.
En 2010, il commence une collaboration régulière avec l'orchestre des Alpes du Sud (OPUS) : à la tête de cet ensemble, il dirige des oeuvres avec choeur (Dvorak, Vivaldi, Mozart,...), avec orgue (Haendel, Corrette, Haydn) ou chant, ou du répertoire orchestral (Brahms, Boccherini, Schubert, Liszt, Tchaïkovski, J. Strauss, Mozart...) dans les deux départements alpins, le Vaucluse et les Bouches du Rhône. En juillet 2012, il dirige le Requiem de Verdi avec l'International Youth Symphony Orchestra & Choir (Blue Lake) à Aix en Provence.

Il est vice-président du Festival Durance Luberon dont il est fondateur (1998) ; en 2012, il fonde avec Ulrich Studer l'Académie Bach d'Aix en Provence (2012) ; il dirige depuis 2006 l'Ensemble Vocal Pertuis Luberon. Il est directeur musical de l'ensemble "B.a Bach" (Montpellier) depuis 2012.
Chanteurs/Musiciens : L'Ensemble B.a.Bach (Montpellier)
L’ensemble B.a.Bach a été créé en 1991 par Jacqueline Armand Carrière. Il regroupe une vingtaine de chanteurs confirmés et autonomes capables d’effectuer le travail de déchiffrage seuls. Il se produit avec des solistes et instrumentistes baroques, et n’a cessé d’interpréter la musique vocale de Jean-Sébastien Bach ainsi que l’oeuvre d’autres compositeurs baroques, anglais, allemands, français.

A l’automne 2012, Jean-François Héron a pris en charge la direction musicale de l’Ensemble, à l’occasion d’un recentrage du groupe autour de l’oeuvre du cantor de Leipzig. Nous avons alors accéléré la cadence de nos prestations. Plusieurs concerts sont programmés chaque saison, avec instrumentistes et solistes professionnels. En outre, nous présentons régulièrement des "Heures Musicales" gratuites à visée pédagogique, où nous interprétons une œuvre de JS Bach après l’avoir commentée sur le plan musical et textuel. B.a.Bach se produit essentiellement à Montpellier : à la Maison des Chœurs, au Temple de la rue de Maguelone, dans les églises Saint Denis, Sainte Eulalie, les Dominicains, les Pénitents Bleus, et dans la région : église de Pignan, temples de Marsillargues, du Vigan, de Nîmes. Il se produit aussi en PACA. dans le cadre de divers festivals de musiques, dont celui de Durance Luberon.

L’ensemble B.a. Bach est membre actif de l’Association des Chœurs de Montpellier. Il reçoit depuis l’année 2006 le soutien de la Ville de Montpellier.

Site : www.babach.fr
18
Tarif normal :
18 €
10
Tarif réduit :
10 €
Tarif enfant :
Lieu :
Temple Maguelone 25 rue Maguelone 34000 Montpellier
Retour